International à 9 reprises, vainqueur de la Coupe de France à deux reprises avec Pau et Orléans, Ludovic Vaty (2,06 m, 33 ans) retrouve l’Accor Arena avec Toulouse OAC (N3), neuf ans après l’arrêt prématuré de sa carrière professionnelle.

Les basketteurs amateurs découvrent souvent avec émerveillement la plus grande salle de France. Vous êtes un cas particulier…
Ce n'est pas la même approche c'est vrai. Ça fait toujours plaisir de se dire qu’on retourne à l’Accor Arena, surtout que ce n'était pas du tout prévu. Cela a une saveur particulière par rapport tout ce qui s’est passé, à l'arrêt de ma carrière. On a une équipe assez jeune mais je les trouve très matures. Ils savent qu’il y a des moments pour s’amuser et d’autres pour être sérieux. Des joueurs comme Pascal Tajan, François Couret ou moi sommes là pour les recadrer quand on voit que ça déborde un peu. 
 
Vous avez éliminé trois équipes de N2 en huitièmes, quarts puis en demi-finale. Quelle était la place du Trophée dans votre saison ?
La Coupe n’était pas une priorité pour nous. On y allait vraiment avec la volonté de voir ce que ça allait donner à chaque match et surtout ne pas avoir de regrets. On a donc joué sans pression, surtout contre les équipes de Nationale 2. Et particulièrement contre Hyères-Toulon. Là on s’est dit qu’on allait essayer de ne pas se faire salement taper. C’était une manière de voir ce qui nous manquait par rapport à la N2. Et en fait on a vraiment pu compter sur 10 joueurs et on a fait un exploit. On a très bien joué au basket et depuis cette victoire il y a une espèce de confiance qui s’est installée. 
 
Vous avez évolué en Equipe de France, plusieurs joueurs du club ont une expérience à un niveau bien supérieur à la N3, l’effectif du TOAC est-il calibré pour jouer plus haut ?
Clairement. J'ai souvent dit que le danger venait de nous en fait. Et tout s’est très bien passé. Il n’y a aucun problème d’égo, chacun sait ce qu’il doit faire et ça c’est vraiment génial parce que tu ne le retrouves pas partout.
 
A titre personnel, où en êtes-vous de votre reconversion professionnelle suite à l’arrêt de votre carrière, à 25 ans seulement ?
Aujourd'hui je suis à mon compte au niveau des réparations de téléphone et j’ai le basket à côté. J’ai d’autres projets professionnels mais j'attends de voir quand je ne pourrai plus du tout jouer. J’ai débuté une formation d’entraîneur que j’ai arrêté au niveau du CQP quand j’ai appris que je pouvais reprendre le basket. Donc j’ai mis ça en stand-by. Mais j’ai un projet lié au basket autour du développement des joueurs intérieurs, du travail des fondamentaux. 
 
 Les finales de la Coupe de France 2022 à l'Accor Arena
Vendredi 22 avril 2022 - Réservez vos places
18h00 - Finale du Trophée féminin
Monaco BA (NF1) - US Le Poinçonnet (NF1)
 
20h30 - Finale du Trophée masculin
TOAC Basket (NM3) - Pays de Fougères (NM2)
 
Samedi 23 avril 2022 - Réservez vos places
9h30 - Finale U18 Féminines
Lyon ASVEL féminin (Elite) - USO Mondeville (Elite)
 
12h00 - Finale U17 masculins
ASVEL Lyon-Villeurbanne (Elite) - BCM Gravelines-Dunkerque (Elite)
 
14h30 - Finale Pros féminines (Trophée Joé Jaunay)
Basket Landes (LFB) - Bourges Basket (LFB)
 
17h00 - Finale Pros masculins (Trophée Robert Busnel)
EB Pau-Lacq-Orthez (Betclic Elite) - SIG Strasbourg (Betclic Elite)
 
*programme sous réserve de modifications
 
Toutes les actualités, les infos et les stats de la Coupe de France sont à retrouver sur le site coupedefrance.ffbb.com et sur les réseaux sociaux de la FFBB avec #CDFBasket